Condamnation d’Organix: quel marketing pour la cosmétique naturelle?

Ou comment le marketing se doit d’être responsable. Vous ne le savez pas encore, mais je suis en général à l’affut des informations disponibles sur le marché américain de la cosmétique, car c’est un marché très mûr dont la plupart des tendences influencent les modes de consommation européens. Ainsi, la plupart des Youtubers américains reconnus sont suivis par les consommateurs européens qui tentent de s’approprier leurs produits. Je vais donc assez souvent vous parler d’entreprises qui, sur le marché américain, sont plus ou moins connues, mais dont les aventures pourraient tout à fait être transposées en Europe à des entreprises européennes. 

Vogue International est une entreprise américaine qui possède plusieurs marques de produits de beauté, et en particulier de produits capillaires. L’une d’elles, nommée Organix, a opté pour des packagings vantant le mérite d’une formulation naturelle, à base de beurre de karité, d’huile d’argan… Ces ingrédients sont perçus de manière favorable par les consommateurs et ils permettent en général aux entreprises d’effectuer leur brand building et de se construire une réputation de meilleur corporate citizen que son concurrent. D’autant que nombre de consommateurs sont prêts à payer plus sur les marchés occidentaux, afin d’accéder à un produit de meilleure qualité. 

Au niveau des gammes de produits, ça peut donner ça:

Image

 

Oui mais voilà, fin août 2013, l’entreprise est poursuivie par des consommateurs américains par l’intermédiaire d’une « Class Action lawsuit », un outil de droit très anglosaxon qui permet à un ensemble de personnes de poursuivre en justice une organisation afin de perçevoir le versement de dommages et intérêts. 

Pourquoi?  Publicité mensongères et pratiques commerciales trompeuses. En effet, avec un nom comme celui d’Organix, le consommateur pense avoir à faire à un produit aux ingrédients naturels, ce qui n’est absolument pas le cas dans le cas d’Organix. Ce qui aura coûté 6,5M de dollars à l’entreprise en dommages et intérêts, mais un vieux moine shaolin unijambiste m’a un jour dit que rien ne vaut un coup au portefeuille pour faire entrer plus vite les leçons.

Cet example est pour le moins intéressant dans le climat américain, et je me permets de bien entendu souligner pour le consommateur que tu es, que les marques européennes jouant le jeu du produit naturel le font en général certifier. En Europe, il existe toute une gamme de certifications, et nous y reviendrons une prochaine fois, elles sont là pour indiquer des signaux pour simplifier la compréhension du consommateur. Mais cependant, nos propres entreprises devraient faire attention: le consommateur manquant souvent d’information pour pouvoir choisir son produit, adopter des pratiques de marketing du genre est un comportement à risque qui pourrait, dans le future, coûter cher. 

Publicités

Marché de la mode Vintage, Lyon / Vintage Fashion Market in Lyon, 29th and 30th of May, 2010

Hey everyone!

This week end, I discovered Lyon Vintage Fashion Market, which was amazing! This is why I want you to discover it, I think that this market does not have any equivalent in France (but I’m not sure ^^).

This is a huge market which welcomes more than 20 000 visitors during one week end. There are more than 300 people selling stuff, professionals and non-professionals. The market stands in four really old and huge warehouse, in the ancient industrial zone of the city.  You can find there clothes, furnitures, accessories, luggages from the 50’s to the 80’s. There is one warehouse dedicated to young creators, which is what I prefer actually ^^. There are also some kind of contests and events that are organized all along the week end: tap dancing lessons, recycling fashion contest. There are lots of people who come wearing vintage clothes and I like that a lot also, because it adds more fun to the event.

Bonjour tous le monde! Après un week end fort chargé en déplacement et en découverte, me revoiçi sur le pied de guerre pour vous faire découvrir un évènement.

Ce week end, en effet,  j’ai eu la joie de découvrir le fameux marché de la mode vintage de Lyon! Pour une fois qu’il se passe quelque chose de vraiment digne d’intérêt dans notre chère capitale des Gaulles, je me permets de vous faire un petit report en bonne et due forme. Vous allez vous dire, cocorico, la voilà qui sombre dans le chauvinisme profond pour un évènement somme toute pas si extraordinaire que ça. Peut-être, mais j’avoue ne pas avoir vu de marché de la sorte en France.

Donc, petit topo: l’évènement s’est tenu le 29 et le 30 mai à Lyon, il se déroulait dans un lieu très « indus' » (comprendre par la vieux entrepôts désaffectés qui me plaisent bien car totalement glauques) de la ville, à savoir derrière Perrache, arrêt de tram Montrochet pour les Lyonnais qui connaissent. Quatre immenses entrepôts sont réquisitionnés pour l’occasion. On attendait cette année plus de 20 000 visiteurs sur deux jours, et plus de 300 exposants qui des USA, de l’Europe entière… Vous pouvez trouver des vêtements, des accessoires, du mobilier, de la bagagerie, de la lingerie datant des 50’s aux 80’s, pour des prix tout à fait corrects.

Au niveau des lieux et de l’ambiance, il y avait donc 4 entrepôts, avec l’un d’entre eux plutôt consacré aux vêtements hippies, un entrepôt pour les créateurs inspirés par le vintage, et les deux plus gros entrepôts étaient consacrés l’un aux vêtements, l’autre au mobilier.Le week end est aussi ponctué de nombreux évènements: cours de claquettes, de broderie, concours de récupération mode, concours du meilleur look vintage… et j’en passe!

L’esprit est très brocante friperie, il ne faut pas hésiter à passer des heures et des heures à fouiller pour dénicher la perle rare, le petit item qui fera votre bonheur. Je vous conseille également d’aller au marché dès son ouverture, car il est très prisé et je pense qu’une bonne partie des items vraiment intéressants partent au début.

A titre personnel j’étais allée en touriste au marché, avec éventuellement l’envie de me trouver un miroir ou un bagage rond. J’y suis allée le samedi matin avec mon chéri, mais je pense que nous sommes partis un peu trop tard (la faute au syndrome du loir ^^) et il fallait que je parte assez tôt pour aller chez mes parents, donc je n’y suis restée le samedi que 3/4 d’heure, vraiment pas assez pour dénicher des choses. Un autre conseil, laissez vos hommes multiples à la buvette ou dans l’entrepôt des machins, ne vous encombrez pas ou ayez un robuste sac avec vous.

Place aux photographies maintenant!

A l’extérieur, de la buvette / Outside one of the warehouse

A l’intérieur de l’un des grands entrepôts / Inside one of the main warehouse

Copenhague: la fin du monde aura t-elle lieu?

Salut à tous! Voici un petit post mignon sur un sujet qui me tient à coeur et qui m’intéresse.

Copenhague! Ah bah de toute manière on en entend parler tous les jours actuellement de Copenhague. Mais voilà je voudrais juste revenir quelques minutes sur les enjeux de la Conférence qui se tient actuellement dans la charmante capitale Danoise. Bon, plus pour très longtemps, je vous rassure, parce que normalement, le débat sera clot le 18 décembre.

Alors je vais vous faire un petit topo, question qu’on soit au point sur le sujet, moi compris.

Copenhague, ça sert à quoi? Et ben c’est tout bête mais compliqué à la fois. Il faut trouver un nouvel accord international concernant le climat et l’environnement, afin de remplacer le protocole de Kyoto, qui n’aura plus d’effet en 2012.

Kyoto, c’est quoi? Le protocole de Kyoto, de son p’tit nom, a été ratifié par 183 pays, mais pas par les USA, qui sont parmis les plus gros pollueurs du monde. Je vous rapelle pour information que signer un accord n’est pas le ratifier. Signer, c’est juste un acte politique qui vise à montrer que l’on est d’accord avec ce qu’il y a dans un traité. Ratifier, c’est une autre paire de manches! Ratifier, c’est du droit interne. On ratifie un traité pour grosso modo faire passer son contenu dans l’ordre juridique interne d’un pays, dans son système de loi quoi, question que ça ait un impact au niveau du pays. En France, c’est le Président, et parfois le Parlement, qui ratifie les traités. Mais dans le cas des amis américains, pour qu’il y ait ratification du traité, il faut que 2/3 du Sénat vote pour, et c’est là que ça picotte, parce que, imaginons qu’on ait des gens super conservateurs et très proches des milieux industriels au Sénat américain, et bien on se doute bien qu’ils s’en tamponnent le coquillard de Kyoto.

Bref, Kyoto fixait surtout des seuils en termes de réduction d’émissions de gaz à effet de serre, contraignant les gros pollueurs, c’est à dire les pays riches, sans compromettre le développement des pays du Sud. Et l’intérêt, c’était d’avoir un instrument juridique qui fixe des règles précises.

Copenhague à la machette: Qu’est ce qu’il s’est passé à Copenhague? D’après ma lecture assidue des journaux, donc c’est possible que j’ai oublié quelques étapes, Copenhague a été le théâtre d’immenses manifestations. Je pense qu’en effet, il serait grand temps d’écouter un peu plus les pays du Sud, c’est à dire les pays pauvres, question qu’ils ne finissent pas sous les eaux, parce qu’après on va se plaindre ici d’avoir de l’immigration illégale de réfugiés environnementaux. Haha. Désolée, je ris jaune. Bref, un avant projet au brouillon (Danois me semble t-il) a fait grand scandale, car il mettait au placard Kyoto. Alors les pays du G-77 (sont bien plus que 77) qui sont les pays en voie de développement ont faire un contre avant projet, secondé ou bien aiguillés par la Chine, afin que les pays riches soient contraints juridiquement quant à leurs émissions. Pour l’instant, il n’y a pas encore de texte fixé.

Les enjeux: Multiples: problèmes sanitaires dans le monde, grande atteinte à la biodiversité, problèmes de hausse de niveau des eaux, donc migrations massive des habitants des îles et des côtes, problèmes alimentaires… Est ce que notre confort de vie vaut vraiment tout cela?

Mon avis sur la question: Oui, parce que ça vous intéresse, hein??? Mon avis, c’est que cette conférence aurait mieux fait de se tenir dans un contexte différent. Là, avec la crise économique et la souffrance sociale dans tous les pays industrialisés, faut pas s’attendre à ce que les chefs d’état fassent beaucoup de concessions. D’un autre côté, il y a une énorme pression de la part des communautés, des ONG, des groupes divers,  des pays pauvres pour un accord réel et contraignant. En grande pessimiste, je ne pense pas vraiment que l’accord auquel on arrivera soit le meilleur possible, mais j’espère que nos dirigeants entendront aussi la voix de son propre peuple ainsi que la voix des pays en voie de développement pour éviter quelques catastrophes.

Dans d’autres billets, je vous parlerai d’autres enjeux environnementaux et sociaux qui me tiennent à coeur. Vous en pensez quoi vous du futur accord à venir?

Identité et Pipe en bois

Qui n’est pas au courant du débat français actuel concernant l’identité? Il n’est pas uniquement français, il s’est élargi au champ de notre bon vieux continent européen avec, entre autre, le fameux vote Suisse au référendum, contre l’implantation des minarets. A vrai dire, me concernant, la question des minarets me parait un peu malsaine. Il me semble difficile de ne pas voir stigmatisée la communauté musulmane avec des votes du genre, alors que la question de l’identité en elle même se trouve un peu noyée dans un dédale de ressentis et de questions d’architecture qu’il est dur de démêler.

Si certains voient dans le débat identitaire une manière de cacher les « vrais » enjeux actuels alors que les élections régionales se profilent à l’horizon (dans environ 3 mois), d’autres pensent le débat comme légitime, d’autant plus dans le contexte d’élargissement Européen à de nouveaux pays.

Pour moi, les quelques points du débat importants sont les suivant: comment la société française peut se construire sans volonté de vivre ensemble des uns envers les autres et comment l’Union Européenne peut devenir une réalité dans l’esprit des personnes qui y vivent.

Concernant la France, je ne suis pas certaine que le mot d’identité soit le plus approprié. J’ai peur que l’identité ne soit une sorte de déclinaison de la « nation », car l’identité est souvent jaugée à travers ce qui n’a pas la même identité: je suis française par rapport à quelqu’un qui ne l’est pas.  Je pense que l’identité française est multiple et qu’il faut l’accepter ainsi, je crois aussi qu’une identité multiple pose bien sur des soucis pour que nous parvenions à nous comprendre les uns les autres, mais c’est également une richesse. Au lieu de parler d’identité nationale, c’est à dire de « quels sont les critères objectifs par lesquels on est ou l’on devient français », je crois qu’il faudrait plutôt poser la question de « comment faire pour que toutes ces cultures aient envie de vivre ensemble et d’avancer ensemble ». Cela pose aussi bien sûr le problème du passé colonial de la France et de la peur générée par le communautarisme et par la religion musulmane. Sans doute, certains n’ont pas envie d’une intégration ou l’ont raté, mais quelque chose cloche dans les moyens mis en place pour l’intégration de ces français qui parfois ne se considèrent pas comme tel et qui bien souvent ne sont pas considérés comme tels. Un seul exemple me vient en tête: je n’ai jamais eu dans mon école ou dans mon collège ou dans ma classe au lycée ou dans ma classe en école supérieure de magrébins, de noirs ou même d’asiatiques. A quelle occasion aurais-je pu apprendre à les connaître?

Une autre question se pose, concernant l’Europe cette fois ci. Je ne me suis jamais senti aussi Européenne qu’après mon retour d’Asie, où j’ai vraiment ressenti une sorte de grand fossé entre les américains et moi, et où un Italien me paraissait être un voisin avec un joli accent et un goût prononcé pour les spécialités à base de pâte. Notez aussi que mon « identité européenne », je dois sa construction à un positionnement par rapport à une « identité américaine ».  Je crois que l’Europe s’apprend à travers le voyage, mais également par un apprentissage de son système de fonctionnement. Pourquoi est ce que j’irais voter pour les élections du Parlement Européen si je ne sais pas à quoi ça sert? Et zut, on s’y perd un peu entre le Conseil Européen et le Conseil de l’Union Européenne. Quel idiot a pu créer des noms aussi semblables? La question de l’identité française pose bien entendu la question de l’agrandissement de l’Europe et de ses compétences. Comment aller vers une Union Européenne politique de plus en plus solide, pour moi notre chance de créer la paix durable et d’exister aux yeux des grandes puissances du monde?

Je n’ai pas de réponse, ça serait trop simple. Donc je me laisse un peu méditer.

Bonne soirée.